Vous avez décidé où vous voulez aller pour vos prochaines vacances? Mes deux précédents articles vous ont convaincus, vous êtes prêt à vous envoler pour les Balkans?
Voici les informations pratiques pour plus de facilité dans l’organisation d’un voyage dans les Balkans : le budget, les monnaies, les transports, les frontières, les logements, les langues et se comprendre, la sécurité.

Pour en savoir plus sur l’itinéraire emprunté, direction ces deux articles:
Première partie – Voyage dans les Balkans, pays montagneux
Deuxième partie – Voyage dans les Balkans, entre terre et mer

 

Le budget

Mon voyage? Coût total entre 350€ et 400€, tout compris (transports, logements, nourriture, visites, souvenirs, etc.)
C’est un budget serré dans lequel absolument toutes les dépenses sont comprises. Je pense même avoir dépensé moins mais dans le doute, je le situe dans ces eaux-là.

 

Les monnaies

  • Slovénie, Monténégro et Kosovo : l’Euro
  • Croatie : la Kuna croate
  • Bosnie-Herzégovine : la Mark convertible de Bosnie-Herzégovine
  • Albanie : le Lek albanais

Pour connaître les taux de change, une application mobile fait très bien le boulot : Currency de Xe. Elle offre un confort et une facilité durant le voyage pour les personnes qui, comme moi, n’aiment pas le calcul mental.

 

Les transports

Mon voyage? Voiture de location (tarif et avantages Erasmus) 294€ pour 10 jours (assurance et GPS inclus). Départ à partir de Ljubljana (nous y vivions tous à ce moment).

Mon voyage? Un total de 5 personnes

Le transport est probablement la partie la plus importante du budget. Il vous faudra donc adapter cet aspect selon vos contraintes budgétaires, vos souhaits, le nombre de personnes qui voyagent avec vous, etc.
Itinéraire roadtrip dans les Balkans
Où commencer ? Des vols bons marchés sont disponibles entre la Belgique et la Slovénie. Les liaisons sont établies par la compagnie d’aviation low-cost WizzAir (de Charleroi/ Bruxelles-Sud à Ljubljana). J’ai pu la tester deux fois (aller et retour pour cette ligne) et le vol s’est déroulé sans encombre. Je pense que le rapport qualité/prix, vue mon expérience, est très bon. N’hésitez pas à vous informer quant aux autres liaisons à partir de la Belgique, de nombreuses destinations se situent dans les Balkans (par exemple, Bucarest, Skopje et Sofia). Votre voyage débutera donc en Slovénie, plus précisément à Ljubljana. Selon l’heure à laquelle vous atterrissez, sachez qu’il y a les bus n°28 (à privilégier vu son faible coût) et des navettes entre l’aéroport et Ljubljana.

Si vous êtes nombreux à partir, 5 personnes par exemple, il peut être envisageable de rejoindre la Slovénie en voiture. Cela reviendra peut-être moins cher que l’avion (les prix différent selon les périodes de l’année, à vous de vérifier), d’autant plus que vous n’aurez pas de location à payer pour la suite. Des vignettes sont obligatoires pour circuler en Autriche et en Slovénie. Vérifiez si votre assurance fonctionne dans tous les pays visités. Un long voyage vous attend (environ 1200km entre Bruxelles et Ljubljana), comptez donc 1 jour (voire 2) en plus. Option qui mérite, selon moi, d’être envisagée.

Pour aller de pays en pays ?

Une fois arrivé en Slovénie. Vous aurez plusieurs choix pour aller de pays en pays. L’ensemble du parcours proposé compte environ 2320 km au total (1120 de Ljubljana à Tirana et 1200 de Tirana à Ljubljana).

  • Louer une voiture : C’est l’option que nous avions choisie. La voiture me semble être le meilleur moyen pour parcourir les Balkans. Elle offre une liberté certaine et aucune contrainte de temps. Vous adaptez votre parcours comme bon vous semble, passez d’une ville à l’autre comme bon vous semble. De nombreuses agences proposent de louer des voitures (par exemple, Atet). L’essence ou le diesel représente aussi un budget important. Astuce : notez avant de partir les prix du carburant selon les différents pays visités. Vous saurez alors où il est le plus intéressant de faire le plein. Attention cependant au fait qu’il est parfois difficile de trouver une pompe à essence, n’attendez pas d’être quasiment à vide pour recharger après la frontière ! (Testé et non approuvé…)
  • Utiliser les transports en commun : Les trains me semblent être une solution à oublier : ils sont lents (paysage montagneux) et ne desservent pas de nombreux lieux. Par contre, il existe des firmes qui organisent des transports en bus (se renseigner via Internet ou sur place).
  • Faire du co-voiturage : Les Slovènes, par exemple, sont friands de ce système. Il existe des sites internet. Par exemple, Prevoz et Mojrajd sont surtout utiles entre Ljubljana et la Croatie.
  • Faire du stop (hitchiking) : Dans ces pays, les gens sont enclins à accepter des auto-stoppeurs dans leur voiture. Ils sont très accueillants et heureux d’aider les touristes. Je décline toute responsabilité en cas de problème ou de mauvaise rencontre ! Attention, les Albanais sont des fous du volant, vous êtes prévenu. Je connais des personnes qui l’on fait dans une partie des Balkans et d’autres qui ont fait le trajet Belgique-Croatie en stop. Tout est possible !

En bref, idéalement, louez une voiture ou utilisez la vôtre pour tous les avantages que cela comporte. Sinon, piochez dans les autres moyens de transports pour créer votre solution sur mesure.

Itinéraire roadtrip dans les Balkans

Les frontières

Mon voyage? Un total de quelques heures passées aux frontières.

Une chose à laquelle nous ne sommes pas habitués en Europe occidentale, ce sont les frontières. Nos parents les ont connues et je ne les envies pas ! Imaginez devoir passer aux frontières à chaque fois que vous allez faire les courses en France ou au Luxembourg… Et bien plus besoin de l’imaginer, vous aller le vivre lors de ce voyage !

Les frontières, ça ne rigole pas. Vous devez d’abord sortir du pays (premier contrôle) et entrer dans le pays voisin (second contrôle), quel que soit le moyen de transport utilisé. Dans certains cas, c’est rapide : contrôle de l’identité, contrôle du visa pour ceux qui en ont un (nous comptions un Canadien et un Colombien dans nos rangs), cachet du pays dans les passeports de ces personnes, vérifier les papiers de la voiture et hop, c’est parti pour de nouvelles aventures !

Sauf que 5 jeunes dans une voiture, cela prête parfois à suspicion. Il nous est donc arrivé à plusieurs reprises de devoir vider entièrement la voiture et que celle-ci soit examinée en détail. Par exemple, à la frontière Croate, avant de rentrer en Bosnie-Herzégovine, nous avons dû vider la voiture, présenter individuellement le contenu de notre sac à un(e) garde. Dans mon cas, j’ai dû expliquer l’utilité de chaque médicament emporté et certains ont fait l’objet d’une vérification (vérifier leur nom et voir s’ils sont autorisés, je suppose.).

C’était particulier mais ça ajoute du piment au voyage et ça laisse de bons souvenirs ! Nous n’avions rien à nous reprocher mais le stress de ne pas être autorisé à traverser la frontière est bien présent. Pas d’inquiétudes cependant, les douaniers sont sympas, ils ne nous ont pas mangés. Malgré tout, je vous déconseille de vouloir transporter des substances illicites durant votre voyage, à vos risques et périls.

Cas particulier : Que vous souhaitiez visiter ou non la Serbie, évitez de passer d’un pays à l’autre par la frontière du Kosovo avec la Serbie. Méfiez-vous des GPS qui ne connaissent pas l’existence de cette frontière ! Vous risquez d’y être bloqué durant plusieurs heures car des tensions existent toujours entre ces deux pays suite à la guerre civile et cela pose certains problèmes à ce niveau.

 

Les logements

Logement bon marché Tirana Albanie

Là où nous avons passé la nuit à Tirana, pas un 4 étoiles mais ça fait l’affaire!

Mon voyage? Seules 2 réservations sur l’ensemble des nuits. Auberges de jeunesse et appartements. Prix moyen : 10€ par nuit, par personne

Mon voyage? Du 23 avril au 2 mai

Il est évident que la question de réserver ou non à l’avance les logements dépendra de la période à laquelle vous partez. En juillet, à Dubrovnik, il y a de grandes chances qu’il soit difficile de trouver un logement. Dans ce cas, à vous de faire une veille des disponibilités pour prendre une décision.

Dans notre cas, nous avons voyagé durant une période moyennement touristique (1er mai et Spring Break). Nous n’avons pas eu de soucis à trouver des logements, même si nous arrivions à chaque fois en soirée. L’avantage de ne pas réserver est que cela donne une liberté dans le parcours emprunté (zapper une ville, rester plus longtemps dans une autre, etc.) Malgré tout, je pense que cela aurait été plus avantageux en réservant car nous avons souvent choisi ce qui nous tombait sous la main sans comparer les prix. Il est tout de même intéressant de faire une liste d’adresses éventuelles pour faciliter la recherche ou, une fois sur place, de trouver du wifi pour rechercher un endroit où dormir.

Comment chercher ?

Il y a bien-sûre les sites internet de type Booking. Mais ne négligez pas la simple recherche sur les moteurs de recherche : vous évitez de payer les taxes pour le site et cela permet dans certains cas de marchander. Airbnb peut aussi être intéressant si vous êtes plusieurs. Autre moyen: se promener dans la rue et repérer des hôtels, des maisons d’hôtes, etc.

Situé où ?

Pour l’ensemble des villes visitées, je vous conseille de choisir une auberge de jeunesse ou un hôtel situé non loin des centres historiques. C’est là que la plupart des visites se passent. Vous pourrez alors quasiment tout visiter à pieds.

Pour Ljubljana, un logement situé, idéalement, entre les rues, Bleiweisova Cesta et Niegoševa Cesta). Si vous logez à l’extérieure du centre et que vous êtes à plusieurs, préférez les taxis (par exemple, Taxi Metro et Taxi Laguna) aux bus pour vous déplacer. Ceux-ci ont des prix très attractifs (environ 5€ pour 4km).

 

Les langues et se comprendre

Mon voyage? Aucun souci ! Nous nous exprimions toujours en anglais.

En Slovénie, tout le monde parle anglais, à quelques exceptions près. Dans les autres pays, vous serez principalement dans des zones touristiques, les commerçants se débrouillent très bien en anglais. Si vous demandez votre chemin dans la rue, il y a de fortes chances que votre interlocuteur sache vous répondre. Dans le cas contraire, il est très probable que de l’aide soit demandée aux personnes alentours qui parlent, elles, l’anglais. Et dans le pire des cas, il est toujours possible de se débrouiller avec les gestes et le sourire !

Mots d’usage : Merci et bonjour en …

  • Slovène : Hvala ; Dober dan
  • Croate, monténégrin et bosniaque : Hvala ; Dobar dan
  • Albanais : Faleminderit ; Mirëmbrëma

 Balkan Trip à Kotor horloge du clocher Monténégro

Un autre conseil: prenez le temps de prendre le temps (Kotor)

La sécurité

Mon voyage? Aucun souci !

Comme partout, il faut être vigilant et éviter de se balader avec tout votre or et votre argent aux yeux de tous. Vous n’êtes jamais à l’abri d’une mauvaise rencontre. Nous n’avons rencontré aucun problème de cet ordre durant le voyage. Si c’est la peur d’un manque de sécurité qui vous empêche de partir en voyage dans les Balkans, rayez cette idée de votre pensée et lancez-vous !

 

Des questions, des idées, je suis preneuse !

Qu’est-ce qui vous a amené à lire ces articles ? Vous préparez votre voyage dans les Balkans ? Dites-moi tout !

4 Commentaires

  1. Tes articles sur ce voyage dans la Balkans est super complet et donnent vraiment envie de faire ce parcours ! Pour ma part malheureusement, je n’ai vu qu’une partie : le Monténégro et la Croatie (j’ai surtout fait les îles et j’ai adoré !).

    • Merci!! J’ai aimé les écrire parce que ce voyage était hyper enrichissant et je pense que cette partie de l’Europe mérite d’être découverte.
      La Croatie et le Monténégro sont tellement magnifiques. Leurs paysages sont époustouflants! Par contre, je n’ai pas visité les îles en Croatie. Seulement quelques unes il y a longtemps. J’ai entendu du bien de celles non loin de Dubrovnik il me semble. Voilà une bonne raison d’y retourner!

  2. Bonjour,
    Nous souhaitons faire les Balkans par le train. Nous habitons le Vaucluse et n’avons aucune information sur le comment s’y prendre pour pas cher. Quelqu’un peut-il nous aider ? Merci par avance et bonnes fêtes de fin d’année. Pascaline et Louis.

  3. Bonjour,
    Voici une réponse que j’ai envoyée via essayé privé. Certaines informations pourraient intéresser d’autres lecteurs, je les partage donc ici :
    « En effet, nous avions loué la voiture à partir de la Slovénie car nous étions là-bas en Erasmus.
    LES FRONTIÈRES : il suffisait de présenter les papiers de la voiture et carte d’identité de chacun à la frontière. Par contre, la voiture et nos bagages ont été fouillés à plusieurs reprises (donc ne pas emporter avec soit des trucs illégaux est préférable!!). Je pense qu’il est important de discuter avec la personne qui loue la voiture pour savoir: si la voiture est assurée dans tous les pays de l’itinéraire (pour nous, elle n’était pas assurée en Albanie mais on y est quand même allé – pas très intelligent en cas d’accident et peut être même illégal …), si une vignette doit être payée dans certains pays (c’est le cas de la Slovénie), s’il y a des conditions ou trucs particuliers à connaître (ils sont sûrement habitués à ce type de questions). Avant le départ, c’est bien aussi de poser des questions sur la voiture (essence ou Diesel?). Il faut aussi savoir comment ça fonctionne pour les conducteurs, dans notre cas, seuls deux personnes désignées pouvaient conduire sur tout le voyage (lié aux assurances).
    LES COÛTS: il ne faut pas oublier dans votre budget transport qu’il y a une caution assez élevée à payer (c’était plus de 500€ dans notre cas) + certains gadgets sont en supplément (ex. GPS ou modèle spécifique de voiture).
    Vous partez quand? Certaines périodes sont très chargées pour les locations de voiture. Il est peut être préférable de réserver à l’avance (je ne connais pas les avantages et inconvénients) (pour mon voyage en Italie, nous avions eu un autre modèle que celui réservé, avec un plus petit coffre et un siège central tout petit… pas pratique). »

Ecrire un commentaire